Réflexions agrosystémiques

Réflexions agrosystémiques

A propos du blog

Fragments d'essai sur les systèmes agraires, en annexe du site de l'agronome philosophe

Compléments sur la notion d'utilisation d'un terrain

Systèmes agrairesPosté par opdecamp 06 août, 2013 15:51

La notion d'utilisation d'un terrain a été abordée dans sa dimension spatio-temporelle à l'échelle paysagique du système agraire en relation avec l'échelle inférieure du système de culture (voir post 28).
De manière plus formelle, la FAO (1) a défini le type d'utilisation comme "un ensemble de spécifications techniques dans un contexte physique et socio-économique donné" au sein de chaque catégorie principale prise elle comme "une grande subdivision de l'utilisation du territoire rural, telle que l'agriculture irriguée et non irriguée, les pâturages, la sylviculture ou les loisirs." Eurostat (2) reprend la notion de la FAO et distingue l'utilisation et l'occupation du sol comme suit:

"- l’occupation des sols fait référence à leur couverture biophysique (cultures, herbe, forêts de feuillus ou zones construites);

- l'utilisation des sols, renvoie à leur utilisation socio-économique (par exemple, agriculture, sylviculture, utilisation à des fins récréatives ou résidentielles)."

ROUDART (3) utilise respectivement les termes de "couverture" et "usage" des terres dans les mêmes acceptions. Les études SAGE (4) et GTAP (5) distinguent 7 catégories principales d'utilisation, sous la dénomination de types de couvertures ou d'usages (confondus car établis d'après des données satellitaires). ROUDART en reprend les proportions respectives au niveau mondial, en % des terres émergées comme suit:
- infrastructures urbaines et autres (1%);
- terres cultivées (11%);
- prairies et pâturages permanents (21%);
- zones herbeuses (10%);
- zones arbustives (7%);
- forêts (34%);
- autres (16% - roches, eaux, etc.)
Certaines catégories sont floues ou prêtent à confusion comme les zones herbeuses et arbustives ou encore la catégorie "autres".

Au niveau plus précis des types d'utilisation, la FAO (1) définit les données qui en permettent la distinction, entre autres:
- l'orientation de la production (cultures, bétail, bois d'oeuvre, etc.), des services de loisirs ou de conservation de la nature (services écosystémiques);
- le niveau de capital et de main d'oeuvre;
- les sources d'énergie et moyens technique (niveau et types d'intrants, etc.);
- l'orientation du marché (commercial, subsistance);
- etc.
ROUDART (3) rapporte également la prise en compte par l'étude GAEZ (6) des mêmes données pour distinguer des types d'utilisation selon 3 niveaux d'intrants et de gestion d'exploitation.

Enfin, voici quelques exemples d'énoncés de types d'utilisation cités par la FAO (1):
- "cultures annuelles non irriguées d'arachides (cultures de rapport) + maïs (cultures de subsistance) par des petits exploitants disposant de ressources de capital limitées et faisant appel à des animaux de trait et à un fort coefficient de main-d'oeuvre sur des propriétés de 5 à 10 hectares";
- "production commerciale de blé sur de vastes propriétés foncières, avec un fort coefficient de capital, un faible coefficient de main-d'oeuvre et un niveau élevé de mécanisation et de biens de production";
- "élevage extensif avec un coefficient de capital et de main-d'oeuvre moyen sur des terres détenues et administrées par les services centraux d'une institution gouvernementale";
- "plantation d'essences de résineux exploitées par le département des forêts du gouvernement, avec un fort coefficient de capital, un faible coefficient de main-d'oeuvre et des techniques modernes";
- "parc national à des fins de loisirs et de tourisme";

J'en ajouterais quelques autres comme suit (7):
- Exploitation traditionnelle de cultures vivrières variées regroupant la plupart des parcelles de cultures annuelles ou bisannuelles, au sein de fermettes dont la production est auto-consommée par l'exploitant et sa famille à plus de 75%. L'utilisation d'engrais minéraux et de pesticides de synthèse est exceptionnel;
- Pâturage à bovins constitué d'une végétation broutée par du bétail et pouvant comporter des jachères herbacées de longue durée;
- Exploitation pluriannuelle de graminées fourragères en fauche, pour l'alimentation du bétail, sous régime de stabulation partielle. Les graminées sont en rotation avec une culture de rente ou autre dont la durée d'occupation des parcelles ne dépasse pas 25% du temps (1 an sur 4 par exemple). Une fumure et/ou un amendement régulier sont aplliqués. L'élevage est de type laitier et orienté vers le marché régional;
- Plantation industrielle de palmiers à huile en grands blocs de plusieurs hectares, entretenus et récoltés par une main d'oeuvre contractée. La production d'huile est orientée vers le marché mondial. Une fertilisation minérale et une protection par pesticides de synthèse sont régulièrement pratiqués.
-----
(1) FAO; 1976. Cadre pour l'évaluation des terres. Bulletin pédologique n°32 (64pp).
(2) Eurostat. Occupation des sols, utilisation des sols et paysages.
(3) Laurence Roudart; 2009. Terres cultivables et terres cultivées: apports de l'analyse croisée de trois bases de données à l'échelle mondiale. PDF sur le web.
(4) Centre for sustainability and the global environment (SAGE). Global land use data.
(5) Chad Monfreda, Navin Ramankutty and Thomas W. Hertel; 2008. Global agricultural land use data for climate change analysis. GTAP Working Paper, n° 40. PDF sur le web.
(6) Günther Fischer, Harrij Van Velthuizen, Mahendra Shah and Freddy Nachtergaele; 2001. Global Agro-ecological Assessment for Agriculture in the 21st Century: Methodology and Results, IIASA. Site web GAEZ.
(7) Luc Opdecamp; 1993. Cadre pour l'analyse des systèmes agraires tropicaux humides. Academia (Louvain-la-Neuve).



  • Commentaires(0)//blog.agrophil.org/#post44