Réflexions agrosystémiques

Réflexions agrosystémiques

A propos du blog

Fragments d'essai sur les systèmes agraires, en annexe du site de l'agronome philosophe

Géomorphologie d'un SA

Systèmes agrairesPosté par opdecamp 19 déc., 2013 10:19

COCHET (non daté) inclut les conditions pédo-climatiques dans le concept de système de culture (SC). Dans le système d'élevage (SE), ce même auteur intègre les déplacements du troupeau et son mode d'alimentation via le calendrier fourrager, ce qui fait clairement allusion aux terrains sur lesquels le troupeau se déplace pour se nourrir, ainsi que sur ceux où d'éventuelles cultures fourragères sont pratiquées. COCHET et DEVIENNE (2006) évoquent la même idée pour le SE avec la conduite du troupeau et le calendrier fourrager. PACAUD (2007) considère le point de vue géographique du SE par les processus spatiaux qui s'y déroulent en citant prairies et pâturages. Parallèlement à une identification des règles et pratiques communes des unités d'exploitation, JOUVE (1988) préconise l'analyse et la lecture des paysages comme méthode d'identification et de délimitation des systèmes agraires, en tant qu'espaces spécifiques à un mode d'exploitation. Le paysage agraire devient ainsi une composante d'identification essentielle. Dans la partie cultivée, le SC est un concept opératoire de lecture du paysage. Par ailleurs, JOUVE préconise l'identification d'unités du milieu auxquelles les SC sont associées pour conduire à la notion de terroirs. Il les qualifie d'unités morphopédologiques. Avec un exemple du Népal, il fait référence aussi à des strates altitudinales dans lesquelles les unités de production sont variées sur le plan des disponibilités foncières, monétaires ou en force de travail, mais que "tout se passe comme si les contraintes du milieu étaient si prégnantes que par des ajustements entre exploitations, un seul système de culture était finalement adopté (par strate)".

L'identification des unités géomorphologiques (UG) est donc une nécessité pour identifier des paysages spécifiques sur base des formes de relief, des strates d'altitude, des pentes, des conditions de drainage et des matériaux rocheux, détritiques ou diversement altérés constitutifs des sols. Par ailleurs, si les relations peuvent être établies entre les UG et les SC, SE et SF, une structure d'ensemble émerge comme paysage spécifique au système agraire qu'il délimite en tant qu'entité géomorphologique (EG). L'EG se compose ainsi d'une ou plusieurs UG et constitue la trame spatiale "3D" d'un SA. On peut parler de l'agrostructure géographique d'un SA comme l'ensemble des relations d'association entre les UG et le ou les sous-systèmes agraires SC, SE et SF.

ZINCK (2013) propose une typologie des UG telle qu'illustrée dans le bloc 3D de la figure ci-dessous.
Principaux grands types d'unités géomorphologiques: (1) vallée, (2) plaine, (3) plateau, (4) piedmont, (5) colline, (6) montagne. Source: ZINCK (2013)

Comme éléments des UG, se distinguent aussi un grand nombre de formes de relief dont ZINCK, citent essentiellement les suivantes:
- formes structurales: dépression, crête, dôme, cuesta (côte), combe, etc.
- formes d'érosion: pédiment, vallée, glacis, cirque, gorge, etc.
- formes de dépôts: delta, estuaire, terrasse, estran, barrière de corail, etc.
- formes de dissolution: dépression, colline, dôme, poljé (karstique), vallon, oued, etc.
- formes résiduaires: pénéplaine, inselberg, etc.

Dans une toposéquence, on distingue également des éléments géotopographiques particuliers comme illustrés dans le bloc 3D de la figure ci-dessous.
Deux modèles de toposéquence convexe-concave avec dépôts latéraux. Modèle 1: Su (sommet), Sh (tête de versant), Bs (bas de versant), Fs (colluvions transversaux), Ts (alluvions longitudinaux). Modèle 2: W (tête convexe), F (pente faciale), D (débris de pente), P (pédiment). Source: ZINCK (2013)

Un exemple en coupe 3D d'une partie d'EG constituée d'un bassin ou sous-bassin versant est illustrée ci-après.
Coupe d'une entité géomorphologique (EG) de bassin versant: (a) fond d'alluvions actuelles et terrasses d'alluvions récentes et anciennes, (b) piémont, (c) versant montagneux Source: ZINCK (2013)

Les UG sont donc les éléments structuraux du relief qui conditionnent par leurs propriétés topographiques, hydrodynamiques et pédologiques la différenciation des SC, SE et SF dans l'EG d'un SA. Du point de vue pédologique, les UG peuvent être rattachés à un ou plusieurs référents du Référentiel mondial des sols (FAO, 2006) ou à tout autre système de classification national ou régional.

Références bibliographiques

COCHET, H.; non daté. Capacité d'innovation des systèmes paysans et gestion des ressources naturelles au Burundi. Consulté le 4.11.2013 en pdf sur le site de l'Agter.
COCHET, H. et S. DEVIENNE; 2006. Fonctionnement et performances économiques des systèmes de production agricole: une démarche à l’échelle régionale. Cah. Agric. 15, 6: 578-583.
FAO, 2006. World reference base for soil resources 2006. A framework for international classification, correlation and communication. Rome, world soil resources report 103: 132 p. Document pdf:<ftp://ftp.fao.org/agl/agll/docs/wsrr103e.pdf>
JOUVE, P; 1988. Quelques réflexions sur la spécificité et l'identification des systèmes agraires. Cah. Rech.-Développement, n° 20: 5-16
PACAUD, T.; 2007. Modélisation des systèmes d'élevage: synthèse bibliographique. TRANS: 63p. PDF télécharché le 21.11.2013.
ZINCK, J.A; 2013. Geopedology. Elements of geomorphology for soil and geohazard studies. ITC special lecture notes series, Enschede, The Netherlands: 135 p. PDF disponible.





  • Commentaires(0)