Réflexions agrosystémiques

Réflexions agrosystémiques

A propos du blog

Fragments d'essai sur les systèmes agraires, en annexe du site de l'agronome philosophe

Eléments du système forestier (SF)

Systèmes agrairesPosté par opdecamp 25 févr., 2014 17:11

Si l'on conçoit que le système de culture (SC) et le système d'élevage (SE) s'intègrent transversalement dans le paysage agraire, il est nécessaire de définir également le système forestier (SF) puisqu'il y occupe bien souvent aussi une portion significative.

Le concept de SF s'oriente vers un ensemble d'interactions entre un "peuplement" forestier et sa "station de référence". Les stations forestières sont représentatives des divers peuplements d'un massif. Elles comportent une référence à un sol ou terrain en relation avec l'association phytosociologique du peuplement.

Le peuplement est l'unité de boisement, base de la perception forestière. C'est une partie relativement homogène d'une forêt et qui est clairement identifiable par l'arrangement spatio-temporel des arbres constitutifs. Il développe une structure caractérisée par le mélange et les dimensions des arbres dominants et par son articulation verticale. Une typologie descriptive des peuplements proposée par SCHUTZ (1990), cité par ROSSET (2005), est basée sur les strates inférieures, intermédiaires et supérieure. Chaque strate se caractérise par son degré de recouvrement et son mélange d'essences, le degré de recouvrement étant exprimé en dixièmes de la surface occupée par la projection des couronnes sur une surface horizontale et étant compris entre 0,0 et 1,0. Le peuplement correspondrait en quelque sorte au type d'utilisation agricole ou de rotation culturale dans un SC ou un type d'utilisation fourragère du sol d'un SE.

La station forestière est définie comme une étendue de terrain homogène dans ses conditions physiques (climat, topographie, roche mère, sol) et biologiques (dynamique de la végétation) d'après DUBOURDIEU (1997), également cité par ROSSET (op. cit.). La station s'identifie sur base de son unité phytosociologique déterminée par ses plantes indicatrices et ses sols. Sur base aussi de son relief, à savoir l'altitude, la pente, l'exposition et la forme de relief, c'est-à-dire que la station forestière est la portion d'un pédopaysage agraire occupée par un peuplement forestier spécifique.

Illustrations
:

Bétulaie sur tourbe (Suisse), source et peuplement de pins tropicaux (Pinus kesiya) en montagne thaïlandaise, source.

Peuplement forestier hétérogène en espèces d'arbre, le long de l'Amazone, source.

La prise en considération et la mise en évidence des interactions et interdépendances entre les biocénoses et les propriétés des sols dans les peuplements forestiers constitue une originalité de l'approche agrosystémique des forestiers. Le tableau 1 en présente un exemple pour les 17 groupes phytosociologiques identifiés en Wallonie (Belgique) par WEISSEN et al (1991).

Tableau 1. Revue des groupes écologiques de Wallonie d'après WEISSEN et al. (op.cit)

Les termes de mull, moder et mor désignent les formes d'humus de l'épisolum du SF, limitées aux régions tempérées, qui sont prises en compte dans le "référentiel pédologique" français (AFES, 2009) sur base de critères morphologiques de la litière organique et de l'horizon A humifère. Des types et sous-types complémentaires à ces formes d'humus sont encore distinguées selon des caractères d'hydromorphie, de roche ou de pierrosité superficielles, ainsi que de caractéristiques physico-chimiques comme le pH, les cations échangeables, la présence de carbonates, etc. Par contre, la "world reference base" de l'IUSS (2006) ne distingue pour la litière qu'un seul horizon "folic" constitué d'un matériau organique d'épaisseur supérieure à 10 cm, bien aéré car saturé en eau moins de 10 jours consécutifs par an. En cas de nappe d'eau superficielle et de formation de tourbe, les deux référentiels permettent de distinguer un horizon "histique".

Références bibliographiques:

AFES (Association française pour l'étude du sol); 2009. Référentiel pédologique 2008. Coordonné par Denis BAIZE et Michel-Claude Girard. Ed. QUAE
IUSS (International union of soil sciences); 2006. World reference base for soil resources 2006. World Soil Resources Reports No. 103, Rome, FAO.
DUBOURDIEU, J.; 1997. Manuel d'aménagement forestier. Paris. Lavoisier.
ROSSET, C.; 2005. Système de gestion sylvicole intégrée et d'aide à la décision. Thèse de doctorat, Ecole polytechnique fédérale Zurich: 175 p.
SCHUTZ, J.P.; 1990. Sylviculture 1. Principes d'éducation des forêts. Lausanne. Presses polytechniques et universitaires romandes.
WEISSEN F., P. BAIX , J.P. BOSERET, L. BRONCHART, M. LEJEUNE, P. MAQUET, D. MARCHAL, J.L. MARCHAL, C. MASSON, F. ONCLINCS, P. SANDRON, L. SCMITZ, P. GODEAUX, D. LAMBERT, C. MARNEFFE et A. PIRET; 1991. Le fichier écologique des essences. Définition de l'aptitude des stations forestières. Texte explicatif. Groupe interuniversitaire: F.S.A.Gx, UCL, ULB, ULg. Ministère de la région wallonne. Namur.





  • Commentaires(0)