Notes d'épistémologie

Notes d'épistémologie

Objet de ce blog

Mémos et réflexions épistémologiques en annexe du site de l'agronome philosophe.

Philosophie des sciences appliquées

EpistémologiePosted by opdecamp 26 Aug, 2013 13:43:07

Or donc, l'éthique est une composante philosophique des sciences appliquées au même titre que l'épistémologie. L'expression de "philosophie des sciences appliquées "englobe donc à la fois leur éthique et leur épistémologie, ce qui nous place "clairement dans le cadre politique, c'est-à-dire de l'être ensemble" d'après GUY (1). Ce dernier illustre l'intrication de l'éthique et de l'épistémologie par l'exemple suivant: "Si le projectile est une fusée, le succès de son lancement tient autant aux lois de Newton bien assimilées que dans le bon ajustage de la direction et de la grandeur de sa vitesse initiale". Si le lancement de la fusée relève de l'éthique (bien/mal), celle-ci est intriquée à une épistémologie d'application des lois newtoniennes par l'ajustage des conditions initiales ou conditions de préparation. Mais les lois newtoniennes proprement-dites relèvent quant à elles d'un ordre strictement épistémologique.
GUY précise donc que pour les processus SCI (sensibles aux conditions initiales) des sciences appliquées, il se présente un amalgame entre un objectif (éthique) et une vérité (loi).
De plus, un statut épistémologique particulier des sciences appliquées résulte de ses niveaux d'échelles différents de ceux des sciences fondamentales et de la recherche scientifique. Ses niveaux se caractérisent par des emboîtements de systèmes macroscopiques et complexes de plus en plus grands. Je prends un exemple assez frappant qui se rapporte aux sciences agronomiques où les ingénieurs peuvent appliquer des résultats de recherche de laboratoire (de plusieurs disciplines) au système de culture (parcelle), puis au système de production (exploitation agricole) jusqu'au système agraire (paysage local) et parfois bien au-delà (région écoclimatique). Ils se voient confrontés ainsi à une ensemble d'interactions entre agents ou facteurs à des niveaux géographiques et d'organisation de plus en plus élevés. Et à chaque niveau se rapporte non seulement une épistémologie spécifique d'application, mais aussi une éthique particulière (du fermier et sa famille jusqu'à la population de toute une région en passant par celle des campagnes, villages et villes).

GUY (1) propose deux façons pratiques de distinguer l'éthique et l'épistémologie en sciences appliquées:

- dans la première, l'éthique serait la connaissance et la maîtrise des conditions initiales que l'homme pourrait fixer, alors que l'épistémologie serait la recherche des lois de la nature dont l'homme pourrait ne pas disposer;

- dans la seconde, c'est l'objet ou plus vaguement le contexte qui ferait la distinction, à savoir que si aucun être humain n'est concerné on parlerait d'épistémologie pure alors qu'à partir de quelques personnes (comme une famille dans une exploitation agricole) on commencerait à parler d'éthique.
-------------
(1) Bernard GUY. Ethique et épistémologie: convergence entre la démarche épistémologique (chercher le vrai) et la démarche éthique (chercher le bien): point de vue des sciences de l'ingénieur. HAL-SHS, 2012. Disponible en pdf à l'adresse: <http://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00736247/>





  • Comments(0)//philoscience.agrophil.org/#post11