Notes d'épistémologie

Notes d'épistémologie

Objet de ce blog

Mémos et réflexions épistémologiques en annexe du site de l'agronome philosophe.

Mémo 12. L'incertitude socio-scientifique

EpistémologiePosted by opdecamp 27 Sep, 2014 11:26:57

L'incertitude a envahi le domaine scientifique dans presque toutes les disciplines, y compris la plus solide qui est celle de la Physique avec la "spontanéité" quantique. Elle caractérise aussi les systèmes complexes de dynamique non linéaire dont l'imprévisibilité est révélée par la théorie du chaos. Mais elle est plus particulièrement d'actualité avec l'avènement de la nouvelle éthique écologique et les changements sociologiques qui en découlent.

Citant WALKER et al. (2003), COUTELLEC (2013, p. 172) rapporte l'existence de 2 types d'incertitudes: le type épistémique, dû aux connaissances insuffisantes ou incomplètes, et le type ontologique, inhérent aux systèmes complexes, humains et naturels, dont la dynamique est imprévisible. Il s'agit d'une actualisation de la distinction classique entre incertitude fondamentale et incertitude mesurable, cette dernière étant assimilée au risque mesurable ou quantifiable (calculable) et assurable. L'incertitude épistémique laisse un espoir d'être vaincue par la recherche et l'expérimentation, l'ontologique non. Le diagnostic de cette dernière est donc plutôt désespérant quant aux possibilités d'orienter les phénomènes qu'elle caractérise.

Pour WALKER et al. (op. cit.), cités par MAXIM et al. (2008), l'incertitude se définit comme toute déviation de l'idéal d'une connaissance parfaitement déterministe d'un système. L'incertitude paraît alors associée à des "possibles" qui se réfèrent à des processus et phénomènes stochastiques. Pour ceux-ci, leurs probabilités peuvent être fréquentistes (mesurées expérimentalement) ou bayésiennes (calculées par raisonnement inductif). MAXIM et al. (2008) évoquent aussi la distinction de WYNNE (1992) entre incertitude et ignorance, cette dernière ne permettant aucune hypothèse théorique.

Un exemple d'incertitude scientifique ontologique est évidemment le principe d'HEISENBERG portant sur l'impossibilité de préciser en même temps la vitesse et la position d'une particule quantique, la fonction de cette dernière étant de fait une onde de probabilité comme établi par Max BORN (voir mémo précédent).

Outre l'incertitude scientifique de type épistémique ou ontologique et de probabilité fréquentiste ou bayésienne pour la première, MAXIM et al. (op. cit.) proposent également un nouveau type d'incertitude, dite subjective, de nature composite. Ses dimensions sont à la fois scientifique et sociale. C'est ce que l'on peut dénommer l'incertitude socio-scientifique qui repose sur la contestation des preuves, de leur légitimité ou qualité, par des acteurs ou groupes sociaux, particulièrement dans le domaine environnemental ou écologique. C'est donc une incertitude socialement déterminée. La contestation des preuves y est motivée par une diversité d'éthiques, d'intérêts, d'enjeux socio-économiques. Ce type d'incertitude donne lieu à un type de controverse qui peut prendre des proportions considérables, comme celle qui oppose les climatosceptiques et les carboréchauffistes.

Références bibliographiques.

COUTELLEC L.; 2013. De la démocratie dans les sciences. Epistémologie, éthique et pluralisme. Ed. Matériologiques: 362 p.

MAXIM, L., J.P. VAN DER SLUIJS et J.-M. DOGUET; 2008. Mettre en œuvre le principe de précaution. Risques. Les cahiers de l’assurance, 72: 93-103. Document htm

WALKER W.E., P. HARREMOËS, J. ROTMANS , J.E. VAN DER SLUIJS, M. B. A. VAN ASSELT; E. JANSSEN and M.E. KRAYER VON KRAUSS; 2003. Defining uncertainty. A conceptual basis for uncertainty management in model-based decision support. Integrated assessment, 4.1: 5-17. Site web pour ce document.

WYNNE, B.; 1992. Misunderstood misunderstandings: social identities and public uptake of science. Public Understanding of Science, 1: 281-304



  • Comments(0)//philoscience.agrophil.org/#post13