Notes d'épistémologie

Notes d'épistémologie

Objet de ce blog

Mémos et réflexions épistémologiques en annexe du site de l'agronome philosophe.

Mémo 10. La réalité relativiste

EpistémologiePosted by opdecamp 19 Aug, 2013 19:49:56

La théorie de la relativité d'EINSTEIN s'est inspirée de l'épistémologie de Ernst MACH (1838-1916) et de sa critique de la mécanique newtonienne, même si EINSTEIN le qualifia, d'après Michel PATY (1), de "déplorable philosophe" tout en reconnaissant "la grandeur de son scepticisme et de son indépendance incorruptibles". MACH développa une épistémologie positiviste psychophysique basée sur l'observation empirique et les sensations qui sont les véritables éléments du monde, ce qui rappelle ARISTOTE. La conception d'une théorie n'est que celle d'une hypothèse par induction et démarre des perceptions sensibles pour ensuite y retourner, ce qui rappelle POPPER: "les théories sont comme des feuilles mortes qui tombent...", sinon elles deviennent des mythes, des dogmes, alors qu'elles sont contingentes. La critique épistémologique doit alors les détruire. MACH a émis "une critique vigoureuse des conceptions absolues de la mécanique newtonienne (temps, espace, mouvement)".de même que "de la masse comme quantité de matière". Si la vitesse constante était déjà reconnue comme relative et avait besoin d'une comparaison avec un point de référence (observateur à l'intérieur ou à l'extérieur d'un train par exemple), l'accélération était ressentie d'elle-même, de manière apparemment indépendante, sans référence. Comme l'explique GREENE (2), une accélération devait, selon NEWTON aussi s'opérer par rapport à "quelque chose". Il proposa ce "quelque chose" comme étant l'espace absolu, une scène vide et transparente en tant qu'entité physique immobile que remplissent les objets et corps de l'univers. Pour MACH, la force que l'on ressent en cas d'accélération "est due à l'influence combinée de toute la matière qui compose l'Univers" (2) et serait donc proportionnelle à cette dernière: si l'espace était vide de toute matière, on ne ressentirait rien! Mais MACH ne proposait aucun mécanisme physique et c'est EINSTEIN qui s'est inspiré des idées de MACH pour élaborer sa propre théorie de la gravitation ou théorie de la relativité générale.

NEWTON considérait également le temps comme absolu: quel que soit l'observateur sa mesure reste identique. La théorie de la relativité restreinte d'EINSTEIN établit par contre la relativité du temps, sur base de la constance de la vitesse de la lumière quelque soit l'observateur. Tout objet ou corps peut avoir non seulement une vitesse dans l'espace mais aussi une vitesse dans le temps et ces deux vitesses sont combinées: un objet immobile se déplace dans le temps à chaque seconde qui passe, mais lorsque cet objet se déplace dans l'espace, son déplacement dans le temps diminue proportionnellement! Si on se déplace, on vieillit moins vite et d'autant moins vite que notre déplacement est rapide! La combinaison de ces deux vitesses dans l'espace-temps est égale à 300.000 km/sec (vitesse de la lumière dans l'espace uniquement). Ni l'espace, ni temps ne sont absolus, mais l'espace-tempsentremêlé est lui seul absolu.

En relativité générale par contre, "l'espace et le temps deviennent des entités dynamiques; ils répondent à la présence de masse et d'énergie". L'espace-temps se courbe et se déforme par le champ de gravitation. Toutefois conclut GREENE (2), "du fait que l'écart entre les réalités classique et relativiste ne se manifeste que ... pour des vitesses ou des forces de gravitation extrêmes..., la physique newtonienne reste une approximation extraordinairement précise et fort utile dans bien des cas."
-----
(1) Michel PATY. Ernst MACH. Encyclopédie Universalis; 2005.

(2) Brian GREENE. La magie du Cosmos. Robert Laffont; 2005.

  • Comments(0)//philoscience.agrophil.org/#post9